LES PASTOURELLES

DÉCOUVREZ L'ASSOCIATION

L'ASSOCIATION

L’association loi 1901 LES PASTOURELLES, à but non lucratif, a pour vocation de favoriser et de promouvoir toutes activités sociales, éducatives et culturelles pour les enfants, les jeunes et leurs familles. Elle s’emploie notamment à créer, organiser et gérer des locaux de loisirs ou de vacances pour les enfants, les jeunes et les familles 

SES MISSIONS

L’association consacre toujours une partie de ses moyens aux familles ou aux personnes en détresse. Ces différentes prestations sont offertes à des prix très compétitifs. La gestion bénévole est rigoureuse et permet à l’association de dégager sur ses seules ressources (elle ne touche pas de subventions) les moyens d’accueillir, quand elles se présentent, des personnes en difficulté temporaire.

ACCUEILLIR

DANS UN CADRE TRANQUILLE...
...à proximité de l’océan, des familles qui viennent se reposer ou fêter des événements familiaux, ainsi que les personnes qui sont envoyées par les Comités d’entreprise.

OFFRIR

UN HÉBERGEMENT...
...aux clubs sportifs de passage ainsi qu’aux groupes scolaires.

ATTIRER

LES SENIORS...
...en quête d'une résidence plaisante très proche de la plage et du centre- ville

SON HISTOIRE

Elle a été créée en 1938 par quatre fondatrices : Mmes Lebrun, Robineo, Laberiote et Coubetergue. Et représente aujourd’hui une institution à Capbreton. Grâce à l’apport des fondatrices, qui s’élevait à 5000 Francs pour chacune d’entre elles, l’association a pu acquérir deux immeubles : les « Berceaux des Pastourelles » et un immeuble situé sur la commune de Saint-Vincent-de-Paul, dans les Landes. A ces premières acquisitions, se sont ajoutés, en 1945, l’achat de « La Chaumière » suivi, en 1946 et en 1950, de divers sites, dont celui de « Bonamour » sur la commune de Capbreton. Très logiquement, le siège de l’association a été fixé à « La Chaumière » à Capbreton, par décision en date du 12 septembre 1950. L’association entendait poursuivre le but suivant : créer et exploiter des aériums privés pour les enfants défavorisés et des camps de colonies de vacances, telle fut la destination première des immeubles de Saint‑Vincent‑de‑Paul et de Capbreton.